Écrevisse à pieds blancs (L')

Austropotamobius pallipes (Lereboullet, 1858)


  • 5
    observations

  • 2
    communes

  • 1
    observateur

  • Première observation
    2016

  • Dernière observation
    2017

Partenaire Cen Auvergne

Informations sur l'espèce

Description

L’Ecrevisse à pattes blanches est une espèce de crustacés dont l'aire naturelle de répartition est l'Europe de l'Ouest. Elle possède un corps segmenté portant une paire d’appendices par segment, la tête et le thorax sont soudés. La longueur du corps est de 80-90 mm pour un poids de 90 g. La coloration est généralement vert bronze à brun sombre ; dans certains cas rares, elle peut être bleutée ou de teinte orangée. La face ventrale est pâle, notamment au niveau des pattes.

L’Ecrevisse est peu active en hiver et reprend son activité au printemps. Ses déplacements sont, en dehors de la période de reproduction, limités à la recherche de nourriture. Elle a un comportement plutôt nocturne.

L’accouplement a lieu en octobre-novembre, lorsque la température de l’eau descend en dessous de 10°C. Les œufs, pondus quelques semaines plus tard, sont portés par la femelle qui les incube pendant six à neuf mois selon la température de l’eau. L’éclosion a lieu au printemps, de la mi-mai à la mi-juillet. Les juvéniles restent accrochés aux pléopodes de leur mère jusqu’à leur deuxième mue après laquelle ils deviennent indépendants.

La fécondité de cette espèce est faible : la femelle ne se reproduit qu’une fois par an, produisant 20 à 30 œufs.

Les jeunes atteignent la maturité sexuelle à l’âge de 2 à 3 ans, lorsqu’ils ont une taille d’environ 5 cm de longueur. Il faut souvent attendre 4 ou 5 ans pour que l’Ecrevisse atteigne sa taille légale de capture, soit 9 cm. La longévité possible des adultes est estimée à environ 12 ans.

L’Ecrevisse présente un régime alimentaire varié : elle se nourrit principalement de petits invertébrés, mais aussi de larves, têtards de grenouilles et petits poissons. Les adultes consomment une part non négligeable de végétaux (terrestres ou aquatiques). Le cannibalisme sur les jeunes ou les individus fragilisés par la mue n’est pas rare

Milieu

L’Ecrevisse à pattes blanches présente des exigences écologiques très fortes et multiples : eau fraiche, très bien oxygénée, claire, peu profonde et d’une excellente qualité. Elle apprécie les milieux riches en abris variés la protégeant du courant ou des prédateurs (fonds caillouteux, graveleux ou pourvus de blocs, sous-berges avec racines, chevelu racinaire et cavités, herbiers aquatiques ou bois morts).

En fonction de son âge ou de son cycle de vie, des habitats différents sont recherchés.

Répartition

Au XIXe siècle, les populations étaient abondantes et l’Ecrevisse à pattes blanches colonisait l’ensemble du territoire. Depuis la fin du XIXe siècle, les populations sont en régression, ce phénomène s’est accéléré au XXe siècle. On retrouve désormais des populations relictuelles sur certains cours d’eau du Parc Livradois-Forez (affluents de la Dore, Cé et Auzon, Sichon).

Astacus pallipes |

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles

Carte de répartition actuelle en France métropolitaine

Cartographie issue de l'INPN - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau national : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.