Hêtraie © Jean-Claude Corbel, PNRLF

Le patrimoine naturel dans le Parc Livradois-Forez

Territoire de contraste, le Livradois-Forez est composé d’une mosaïque de milieux particulièrement remarquable.

Des plaines cultivées de Billom aux prairies humides des Varennes, des bocages et forêts de moyenne montagne aux vallées encaissées de la Dore, des Hautes Chaumes aux hêtraies sapinières froides et humides, toute une variété d’espèces habite chacun de ces écosystèmes. Cette richesse s’explique notamment par l’étagement de la végétation dû aux variations d’altitude et aux influences climatiques. Ces paysages en grande partie façonnés par l’Homme sont de véritables réservoirs de biodiversité, ce qui permet au Livradois-Forez d’être classé Parc naturel régional depuis 1986.

Les milieux

On trouve dans le Parc Livradois-Forez des éléments du patrimoine naturel - milieux ou espèces rares de la faune et de la flore emblématiques ou communes, d’intérêt national voire Européen.

Les Hautes Chaumes du Forez, les forêts anciennes, les tourbières, les coteaux secs, les rivières, ruisseaux, mares et étangs font partie de ces espaces remarquables.

Chouette de Tengmalm
Chouette de Tengmalm - © Fabien Geiler

Accéder aux "Fiches milieux" sur le site du Parc

...la nature quotidienne...

Mais les enjeux de préservation de la nature ne portent pas uniquement sur les espèces et les milieux les plus rares. On sait aujourd’hui que la diversité des paysages et des écosystèmes participe aussi à la valeur patrimoniale d’un territoire. Mettre des priorités sur les éléments les plus remarquables ne signifie pas pour autant délaisser des milieux plus communs, que le Parc met en lumière par exemple dans le cadre des chantiers participatifs en faveur de la biodiversité proposés aux communes.

...et des connexions biologiques

Toutes les espèces animales et végétales ont besoin de se déplacer pour satisfaire leurs différents besoins : se nourrir, se reproduire, se reposer… et désormais aussi pour s’adapter aux changements climatiques. Or les obstacles à leurs déplacements sont toujours plus nombreux : routes, zones urbanisées, clôtures et autres cultures intensives se dressent en travers de leur chemin.

Afin de remédier à cette situation, un dispositif nommé Trame Verte et Bleue (TVB) est mis en place sur le territoire. L’objectif est de maintenir ou restaurer des continuités écologiques permettant la circulation de la biodiversité, appelées également corridors écologiques.

La faune et la flore

Agir pour la sauvegarde du patrimoine naturel, c’est d’abord l’observer et tenir compte de son fonctionnement. Biodiv’Livradois-Forez vous propose des fiches espèces synthétiques afin de découvrir et mieux comprendre la biodiversité emblématique du Livradois-Forez.

Faune

Le groupe des vertébrés (à savoir les mammifères, les oiseaux, les reptiles et les amphibiens) est le mieux connu du Parc aujourd’hui. C’est en effet le plus facile à observer, et historiquement, celui sur lequel le plus de connaissances scientifiques ont été compilées. Il n'en va pas de même pour l’immense famille des invertébrés : ces discrètes petites bêtes que sont les insectes, les escargots, les millepattes ou encore les araignées...

Belle dame papillon

Belle Dame

© Myriam Corbel

Voir la fiche »

Chêchette

Chouette chevêchette

© Philippe Perrot

Voir la fiche »

Sonneur à ventre jaune

Sonneur à ventre jaune

© PNRLF

Voir la fiche »

Flore

Le bilan de la flore vasculaire (ensemble des plantes à fleurs) met en évidence une richesse importante du Parc avec plus de 2631 taxons dont 202 taxons patrimoniaux, liée aux diversités altitudinales (de l’étage collinéen à l’étage subalpin), géologiques et climatiques du Parc, mais également à la présence d’une variété importante de milieux. La cartographie des végétations du Parc vient compléter la connaissance des groupes d’espèces.

Parnassie des marais

Parnassie des marais

© Audrey Jean, PNRLF

Voir la fiche »

Myrtille

Myrtille

© Jean-Claude Corbel, PNRLF

Voir la fiche »

La connaissance de la biodiversité du Livradois-Forez

"Mieux connaître pour mieux protéger".

Outre les études que le Parc confie à différents partenaires pour améliorer les connaissances sur certaines espèces, il s’appuie aussi sur un réseau de contributeurs naturalistes et sur les prospections de ses agents. Depuis 2015, il propose également aux habitants du territoire de participer à des inventaires portant sur des espèces communes telles que les oiseaux venant aux mangeoires l’hiver, le hérisson ou les chauves-souris et plus récemment le Moro sphinx. De cette façon, les habitants améliorent leurs propres connaissances et contribuent à apporter plus de précisions sur la répartition de la biodiversité locale.

biodiversite.parc-livradois-forez.org

Le Parc Livradois Forez met à votre disposition l'ensemble des données d’espèces de la faune et de la flore observées depuis 1986. Chaque nouvelle donnée alimente en temps réel les fiches de chaque espèce que vous consultez, dans une volonté de partage et d'enrichissement des connaissances sur la biodiversité du Livradois-Forez.

Cette base de données présente les observations réalisées dans le cadre de différents protocoles scientifiques et par les agents du Parc. Il ne s'agit pas d'un inventaire exhaustif des espèces sur le territoire. Les observations réalisées dans le cadre des inventaires participatifs du Parc sont aussi prises en compte.

La gestion

La préservation de la faune et la flore passe par le maintien des habitats naturels en bonne santé. Les modes de gestion de ces espaces naturels sont multiples. Ils sont adaptés le plus souvent grâce à la mise en œuvre de contrats passés entre les différents acteurs socio-économiques présents sur un site. Les outils présentés ci-après aident à la mise en place de cette contractualisation.

1 - Les sites Natura 2000

Natura 2000 est un réseau européen de sites naturels, qui a pour objectif de préserver des espèces animales et végétales et leurs habitats naturels considérés d’intérêt communautaire car rares ou menacés à l’échelle européenne.

Les sites sont désignés au titre de deux directives européennes : la directive « Oiseaux » (1979) et la directive « Habitats » (1992). Actuellement les 8 sites dont le Parc Livradois-Forez est l'opérateur ont tous été désignés au titre de la directive « Habitats ».

© Jean-Claude Corbel, PNRLF

La démarche Natura 2000 vise à préserver ce patrimoine naturel en prenant en compte les préoccupations économiques, sociales et culturelles des différents sites. Pour cela, elle associe les acteurs locaux (élus municipaux, syndicats des propriétaires, fédération des chasseurs, syndicats agricoles, organismes forestiers, association d’environnement, représentants d’usagers ...) aux choix de gestion. Ainsi pour chaque site, un plan de gestion, appelé Document d’Objectifs, est élaboré en concertation avec ces différents acteurs. Cela permet de réfléchir localement et collectivement aux objectifs de conservation du patrimoine naturel tout en prenant en compte les préoccupations de chacun. Les mesures de gestion déterminées dans le document d’objectifs ne sont pas imposées réglementairement aux propriétaires et usagers, mais passent par leur adhésion volontaire.

Le Parc Livradois-Forez est chargé de l'animation de 8 sites Natura 2000 :

  • Cavité minière d'Auzelles
  • Cavité minière de la Pause
  • Complexe minier de la vallée de la Senouire
  • Dore et Affluents
  • Monts du Forez
  • Plaine des Varennes
  • Rivières à moules perlières de l'Ance du Nord et de l'Arzon
  • Tourbière du Haut-Livradois complexe tourbeux de Virennes

17 autres sites se trouvent en totalité ou en partie seulement dans le Parc.

2 - Les espaces naturels sensibles (ENS)

Ce sont des sites définis par les Départements dans le cadre d’un dispositif fixé par le code de l’urbanisme. Pour gérer ces sites, le Département peut procéder par acquisition foncière (droit de préemption) ou par la signature de conventions avec les propriétaires privés ou publics.

Vallée du Fossat - © Jean-Claude Corbel, PNRLF

Il existe 6 ENS dotés de plans de gestion dans le Parc Livradois-Forez :

  • Dans le Puy-de-Dôme, il s’agit de la vallée du Fossat, du Bec de Dore, de la forêt de la Comté et de la tourbière du Sapey (ce dernier est un ENS d’initiative locale portée par la communauté de communes Thiers Dore et Montagne) ;
  • En Haute-Loire ce sont le cratère du Mont Bar et l’étang de Berbezit ; les serpentines de Saint-Préjet Armandon sont en cours de labellisation ;
  • Dans la Loire, les Hautes chaumes du Forez et les zones humides et tourbières d'altitude sont également de vastes ENS.

3 - Les mesures agro-environnementales

Les mesures agro-environnementales sont mises en place sur des territoires à enjeux environnementaux.

Cet outil européen, rattaché à la Politique Agricole Commune, propose aux agriculteurs de mettre en œuvre des pratiques favorables à la préservation de la biodiversité (habitats et des espèces présents sur les milieux qu’ils exploitent) ou de la qualité de l’eau et des zones humides. Ainsi, une liste de mesures est définie localement et proposée aux agriculteurs via des contrats agro-environnementaux passés avec l’Etat d’une durée de 5 ans. En retour ils bénéficient d’une compensation financière des surcoûts et/ou du manque à gagner induit.

Ainsi, dans le cadre du dispositif Natura 2000, le Parc Livradois-Forez a mis en place trois projets agro-environnementaux avec un certain nombre de mesures localisées sur les sites Natura 2000 du Parc (Monts du Forez, Plaine des Varennes et Dore et affluents).

4 – Le contrat vert et bleu du Parc naturel régional Livradois-Forez bassin versant de la Dore

Elaboré en 2019, le programme d’actions du contrat vert et bleu (CVB) vise à préserver et remettre en bon état la Trame Verte, Bleue et Noire du territoire du Parc et plus particulièrement du bassin versant de la Dore ; ce périmètre peut être élargi aux espaces limitrophes selon les enjeux de continuités écologiques et les actions. La durée de mise en œuvre du CVB est de 6 ans (2020 – 2025) pour des raisons de cohérence avec le Contrat Territorial Dore. Ce programme fédérateur implique 23 maîtres d’ouvrage (7 EPCI et 1 commune, 6 associations, 5 structures agricoles, 4 établissements publics et autres collectivités) qui seront engagés dans la réalisation des actions.

Au regard du diagnostic du territoire, 5 axes stratégiques ont été définis et structurent le programme opérationnel du CVB :

  • amélioration des milieux aquatiques et humides,
  • renforcement de la biodiversité dans les milieux forestiers,
  • renforcement de la biodiversité dans les espaces agricoles,
  • prise en compte de la TVB dans la planification et les aménagements urbains et routiers,
  • renforcement de la sensibilisation et de la communication.

Le programme comporte 64 fiches actions dont 11 actions sont communes au CVB et au CT Dore (actions en faveur des milieux aquatiques et humides, des milieux agricoles, actions de communication et de sensibilisation).

Le programme d’actions du contrat vert et bleu apporte de nombreuses réponses aux enjeux identifiés dans le cadre de l’étude préalable :

  • Des actions de restauration morphologique, de la dynamique fluviale et des continuités écologiques de la Dore et ses affluents.
  • Des actions de restauration ou de préservation des milieux humides et des tourbières, milieux sensibles et caractéristiques du territoire.
  • Des propositions pour renforcer la biodiversité des espaces forestiers, aussi bien sur les aspects fonctionnels avec le développement d’une trame de vieux bois, que les aspects qualitatifs en ciblant la diversification des forêts artificialisées.
  • Des actions pour accompagner une évolution vers des pratiques agricoles plus favorables à la biodiversité, avec une implication des structures agricoles et un accompagnement par des experts biodiversité.
  • Des actions ponctuelles de reconquête de milieux prairiaux au sein de vallées fermées par les forêts, et des actions de sauvegarde ou de plantation de haies ou de pré-vergers, favorables à la diversité écologique des espaces agricoles.
  • Des actions de préservation ou d’amélioration des connaissances sur les principales espèces animales patrimoniales (mulette perlière, pie-grièche grise, écrevisse à pattes blanches, chauves-souris, …)
  • Des actions permettant de mieux intégrer la trame verte et bleue dans les documents d’urbanisme et les aménagements urbains.
  • Des actions ciblées sur des secteurs à enjeux (vallée de la Dore amont et aval, plaine d’Ambert, Monts du Forez, hautes-chaumes).
  • Des outils et démarches de sensibilisation aux notions de continuités écologiques.

La réglementation

Il n’existe pas de règlement spécifique au Parc Livradois-Forez, ni à aucun autre Parc naturel régional, concernant la biodiversité. Toutefois certaines réglementations nationales ou départementales s’appliquent sur le territoire du Parc comme ailleurs.

Ruisseau à Vertolaye - © Cédric Proust

Voici quelques outils réglementaires en vigueur, mais il en existe bien d’autres.

1 - Évaluation d'incidence Natura 2000

L’État a mis en place un régime d’évaluation des incidences pour déterminer si d’éventuels projets portent atteinte ou non aux habitats et espèces d’intérêt communautaire présents dans les sites Natura 2000.

Pour les projets concernés, c’est au porteur de projet qu’il revient de vérifier s’il est soumis ou non à la réalisation d’une évaluation des incidences Natura 2000 (les listes de projets soumis à évaluation sont définies au niveau local, départemental et national selon l’envergure du projet). Pour cela il doit effectuer un pré-diagnostic de la situation et le soumettre à l’autorité décisionnaire, la direction départementale des territoires (DDT) rattachée à la Préfecture. Si l’évaluation ne démontre pas d’impact significatif sur les habitats et les espèces d’intérêt communautaire du site concerné, la procédure s’arrête là et le porteur de projet peut mener à bien son action. Dans le cas contraire, le porteur de projet devra soumettre une analyse approfondie qui permettra à la DDT d’autoriser, de demander une nouvelle conception ou de refuser le projet.

2 - Faune et flore protégées

Les espèces animales et végétales peuvent avoir un statut de protection réglementaire. Cette protection peut concerner les individus (et le cas échéant leurs œufs, leurs nids...) et/ou leur milieu de reproduction et de repos.

Des listes nationales, régionales et départementales de faune et de flore définissent les espèces pour lesquelles toute atteinte est totalement interdite et sanctionnable.

Il peut également exister des arrêtés préfectoraux réglementant la cueillette des plantes sauvages, comme pour les myrtilles : chaque année les Directions Départementales des Territoires définissent une période durant laquelle la récolte est autorisée.

3 - Réserves naturelles et réserves biologiques

Gaze - © Myriam Corbel

Les réserves naturelles sont des espaces protégeant un patrimoine naturel remarquable par une réglementation adaptée tenant aussi compte du contexte local. Les Réserves naturelles nationales sont sous la compétence de l’État (Il n’existe pas de réserve naturelle nationale en Livradois-Forez).

Cela les distingue des Réserves naturelles régionales qui sont sous la compétence des Régions.

Deux Réserves naturelles régionales se trouvent dans le Parc Livradois-Forez :

  • La RNR du Lac de Malaguet en Haute-Loire (Monlet, Félines, et Sembadel),
  • La RNR des Jasseries de Colleigne dans la Loire (Sauvain).

4 - Arrêté préfectoral de protection de biotope

Il s’agit d’arrêtés pris par le préfet de département pour protéger un biotope abritant une ou plusieurs espèces animales et/ou végétales protégées. Des actions pouvant porter atteinte à l’équilibre biologique des milieux peuvent être interdites telles que le drainage et le remblaiement de zones humides ou encore l’artificialisation du sol.

La procédure d’institution d’une protection de biotope ne nécessite pas d’enquête publique et peut être rapide à mettre en place si elle ne rencontre pas d’opposition manifeste. Elle permet d’adapter le règlement à chaque situation particulière. Des arrêtés modificatifs peuvent être pris pour adapter la protection à la modification de l’environnement, comme l’apparition de nouvelles menaces ou l’évolution de l’intérêt biologique.

Si aucune gestion n’est prévue dans le cadre d’un arrêté de biotope, il est souvent constitué un comité scientifique ou consultatif de suivi avec plusieurs partenaires dont la direction régionale de l’environnement, les associations et les communes concernées…

Deux secteurs du Parc sont concernés par des arrêtés préfectoraux de protection de biotope :

  • Tourbières de Pillières, Pater et Puygros dans les Monts du Forez ;
  • Etangs de la Molière, dans la Plaine des Varennes.

5 – Réglementation de la circulation des véhicules à moteur

La Loi 91-2 du 3 janvier 1991 pose le principe général d’interdiction de la circulation des véhicules à moteur dans les espaces naturels. Celle-ci n’est autorisée que sur les voies ouvertes à la circulation publique.

Sur les Hautes Chaumes des Monts du Forez en raison de la fragilité des sols et de la biodiversité, mais aussi des pratiques pastorales, un arrêté préfectoral de 2001 fixe les voies ouvertes à la circulation publique. Toutes les autres voies (chemins, pistes, traces, …) ne sont donc pas utilisables par des véhicules à moteur sauf par les propriétaires et les ayants droit et pour les véhicules de secours. Cette réglementation est signalée par des panneaux de police du type « B7B ». La pratique du « hors-piste » est rigoureusement interdite comme sur tout autre espace naturel.

Pour plus d’information :https://www.parc-livradois-forez.org/preserver/sites/reglementation-de-la-circulation