Petit rhinolophe

Rhinolophus hipposideros (Bechstein, 1800)


  • 23
    observations

  • 7
    communes

  • 3
    observateurs

  • Première observation
    2001

  • Dernière observation
    2019

Partenaire Cen Auvergne - Romeuf Isabelle - Soissons Aurélie

Informations sur l'espèce

Description

Le Petit rhinolophe est un mammifère de l’ordre des chiroptères. C’est le plus petit des rhinolophes européens. Il mesure environ 4 cm de long et son envergure est de 19-25 cm, pour un poids de 4-9 g. Il possède un appendice nasal caractéristique en forme de fer-à-cheval et a un pelage gris-brun sur le dos et gris-blanc sur le ventre.

Il hiberne d’octobre à avril en fonction des conditions climatiques locales, isolé ou en groupe lâche. Au repos et en hibernation, le Petit rhinolophe se suspend dans le vide et s’enveloppe entièrement dans ses ailes, ressemblant ainsi à un « petit sac noir pendu ». Sédentaire, le Petit rhinolophe effectue généralement des déplacements de 5 à 10 km entre les gîtes d’été et les gîtes d’hiver.

Animal nocturne, il chasse seul ou en petits groupes à proximité du gîte. Il se déplace le long des murs, haies, chemins, lisières, ripisylve… en évitant les milieux très ouverts.

L’accouplement a lieu à l’automne. La semence du mâle est conservée par la femelle tout l’hiver, la fécondation n’a lieu qu’au printemps. Les femelles se regroupent en colonies en juin-juillet pour donner naissance à un jeune par an. La femelle prend soin de son petit pendant une période variant de trois semaines à un mois, jusqu’à ce qu’il soit en mesure de voler. La séparation s’effectue par la suite au bout de deux semaines. Son espérance de vie est de 7 ans.

Insectivore, le Petit Rhinolophe a un régime alimentaire qui varie au fil des saisons. Il consomme des proies d’envergures variables (3 à 14 mm). Selon les régions, les diptères, lépidoptères, névroptères et trichoptères, associés aux milieux aquatiques ou boisés humides, apparaissent comme les insectes principalement consommés.

Milieu

L’espèce recherche un paysage semi-ouvert avec alternance de bocage, forêts, milieux humides et prairies naturelles, où elle peut trouver ses terrains de chasse préférentiels comme les linéaires arborés (haies) ou les lisières forestières.

L’été, les combles de bâtiments constituent ses principaux sites de reproduction.

L’hiver, le Petit Rhinolophe aime particulièrement les cavités souterraines, grottes, anciennes carrières, galeries de mines ou caves.

Répartition

Depuis une cinquantaine d’années, l’espèce a connu une chute impressionnante de ses effectifs ainsi qu’une réduction nette de son aire de répartition.

L’espèce est bien représentée en Auvergne, sur les quatre départements, mais moins fréquente dans l’Allier. Le territoire du Parc Livradois-Forez abrite des populations significatives.

Rhinolophus alpinus | Rhinolophus anomalus | Rhinolophus bifer | Rhinolophus bihastatus | Rhinolophus eggenhoffner | Rhinolophus helvetica | Rhinolophus hipposideros hipposideros | Rhinolophus kisnyresiensis | Rhinolophus majori | Rhinolophus minutus | Rhinolophus moravicus | Rhinolophus pallidus | Rhinolophus phasma | Rhinolophus trogophilus | Rhinolophus vespa

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles

Carte de répartition actuelle en France métropolitaine

Cartographie issue de l'INPN - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau national : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.