Damier de la Succise (Le)

Euphydryas aurinia (Rottemburg, 1775)


  • 26
    observations

  • 11
    communes

  • 5
    observateurs

  • Première observation
    2004

  • Dernière observation
    2019

Bachelard Philippe - Corbel Jean-Claude - Lefebvre Nathanael - Moiron Guillaume - Partenaire Cen Auvergne

Informations sur l'espèce

Description

Le Damier de la Succise est un papillon de couleur fauve orangé et noir sur le dessus. Le dessous présente un motif avec des damiers clairs sur fond orangé. La série de points noirs sur bande orange au niveau des ailes postérieures est caractéristique et visible des deux côtés. La taille et les motifs varient selon les sous-espèces (36 - 40 mm). Les femelles sont plus grandes que les mâles. La chenille est noire avec des petits points blanchâtres sur le dos et une ligne latérale blanche ponctuée de noir.

Le Damier de la Succise réalise un seul cycle par an, il est observable de fin mai à début juillet, soit une période d’environ 4 à 5 semaines.

Les mâles ont un comportement de territorialité marqué : lorsqu’ils ne cherchent pas à butiner, ils se tiennent le plus souvent sur les hautes inflorescences de la prairie et poursuivent vigoureusement tout papillon orange passant à proximité. S’il s’agit d’un vrai « rival », celui-ci est pourchassé sur plusieurs mètres.

La femelle pond plusieurs centaines d’œufs sous les feuilles des plantes hôtes. Les œufs sont posés par paquets et ont un temps d'incubation de 3 à 4 semaines.

Les trois premiers stades larvaires se déroulent au sein d’un nid de soie à l’intérieur duquel les petites chenilles se nourrissent des feuilles de la plante hôte. Durant l'hiver, les chenilles restent dans le nid de façon grégaire jusqu'au printemps où elles sortent pour s‘alimenter à nouveau. Elles se dispersent ensuite rapidement. La chenille ne cherche pas à s’éloigner pour effectuer sa nymphose. Celle-ci a lieu près du sol, dans la végétation environnante, souvent même sur une feuille de la plante hôte.

Milieu

Elle se développe soit sur la Succise des prés dans les prairies humides, les landes et les tourbières, soit sur la Scabieuse colombaire et la Knautie des champs dans les pelouses sèches.

La topographie du site a une importance prépondérante. On constate que toutes les stations sont en situation d’abri, soit du fait même du relief (fond de vallée, coteaux), soit du fait de la structure de la végétation environnante (haie, bosquet, clairière). La présence de lisières forestières ou bosquets semble indispensable au maintien de l’espèce sur un site. Les secteurs de pontes correspondent généralement aux zones où la plante hôte est présente en abondance, avec de préférence plusieurs pieds au m2.

Répartition

Le Damier de la Succise est présent au Maghreb, en Europe et en Asie.

Il est pratiquement présent dans tous les départements français. L’espèce est dispersée et potentiellement présente dans tout le département du Puy-de-Dôme à l’exception des Limagnes.

Néanmoins, c’est à l’étage montagnard que l’on observe actuellement le plus de stations, l’altitude des observations oscille entre 400 et 1400 m.

Argynnis artemis (Denis & Schiffermüller, 1775) | Eurodryas aurinia (Rottemburg, 1775) | Melitaea artemis (Denis & Schiffermüller, 1775) | Melitaea artemis beckeri Lederer, 1853 | Melitaea aurinia (Rottemburg, 1775) | Mellicta aurigna (Rottemburg, 1775) | Papilio artemis Denis & Schiffermüller, 1775 | Papilio aurinia Rottemburg, 1775

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles

Carte de répartition actuelle en France métropolitaine

Cartographie issue de l'INPN - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau national : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.